La Harpe de Mélodie

ensemble de musique médiévale

"La harpe de mélodie" est le titre d'une chanson de Jacob Senlèches, chef d'œuvre de l'ars subtilior de la fin du 14e siècle, aussi célèbre pour sa subtilité rythmique que pour la beauté de sa gravure : les cordes de la harpe figurant les lignes, la partition toute entière est inscrite dans le dessin de l'instrument.

La harpe de Mélodie est un ensemble instrumental accompagné par la voix et non pas l'inverse...

Il se consacre aux répertoires du Moyen-Âge et du début de la Renaissance, à travers une relecture rigoureuse et créative des sources (instruments, sonorité, réécriture, improvisation).

 
La harpe de Mélodie JPEG copie_edited.jpg

Musiciens

Esther Labourdette, soprano

Après son cursus à la Maîtrise de Radio-France, elle se consacre à l’étude du chant lyrique auprès de Sylvie Sullé et Stéphanie Révidat. Elle se spécialise dans les répertoires médiéval, renaissance et baroque, se formant notamment auprès de Katarina Livljanic, Benjamin Bagby, Raphaël Picazos, Julie Hassler, Stéphane Fuget, Denis Raisin-Dadre, Rosa Dominguez, Gabriel Garrido et Agnès Mellon. Elle est diplômée des conservatoires de la Ville de Paris et titulaire d’un Master d’interprétation de la musique médiévale à Paris-Sorbonne. Dans le domaine de la musique ancienne, Esther se produit et enregistre avec des ensembles tels que Musica Nova, Doulce Mémoire, Sequentia, Elyma, Les Meslanges, Beatus, Discantus, La Quintina, Theatro dei Cervelli, I Sospiranti, Le Baroque Nomade, La Rêveuse, Les Folies Françoises, Les Demoiselles de Saint-Cyr… Elle se produit en récital solo avec le luthiste Miguel Henry, la pianiste Bertille Monsellier et l’organiste/claveciniste Joseph Rassam. Sur scène, elle interprète la Musicienne dans Le Bourgeois Gentilhomme (mise en scène C. Hiégel), Sangaride dans Atys et La Malaspina dans Luci mie traditrici de Salvatore Sciarrino à l’Opéra de Kiev.

Directement sollicitée par des compositeurs d’aujourd’hui pour interpréter leurs œuvres, elle collabore par exemple très régulièrement avec Thierry Machuel, Bruno Gillet et Stéphane Lemaire, et se produit avec le quatuor Méliades et l’ensemble Ptyx. Elle enseigne le chant et la Technique Alexander® et mène des ateliers de chant médiéval dans le cadre de la Fondation Royaumont et du Centre de Musique Médiévale de Paris. 

                              

Philippe Gonneaud, luth & guiterne

Luthiste et Chef Opérateur du Son, Philippe se partage entre deux activités professionnelles complémentaires.

Diplômé du CNSM de Lyon et ancien étudiant de la Schola Cantorum de Bâle, il s’est perfectionné auprès de Dominique Vellard, Eugène Ferré, Gérard Geay, et Crawford Young, dans l’interprétation des musiques du Moyen-Âge et de la Renaissance. Spécialiste reconnu et recherché de ces répertoires à la redécouverte desquelles il a enseigné la paléographie musicale, l’Ars Musica (solfège ancien) et la notation au CNSM de Lyon (1996-2000), à la Sorbonne (2002-2005), au CNSM de Paris (2004-2006), ainsi qu’au Pôle Supérieur d’Aubervilliers-la Courneuve (2015-2016).

Il est régulièrement invité en tant qu’interprète et pédagogue à la Cité de la Musique, ainsi que pour des sessions de formation (Centre de Musique Médiévale de Paris, École Britten, Atelier de musique Ancienne de Provence, Université de Metz).

Christelle Prunier, vièle & rebec

Violoniste et viéliste éclectique, Christelle a découvert très jeune la musique ancienne et a eu la chance de pratiquer la musique d’ensemble depuis l’enfance. Diplômée de violon baroque au Conservatoire de Genève dans la classe d’Odile Édouard, elle se produit en musique de chambre et en orchestre en France, en Suisse et en Croatie.

Sa curiosité la pousse vers le répertoire médiéval et la pratique de la vièle à archet et du rebec qu’elle étudie auprès de Francis Biggi. Elle a pu notamment approfondir le répertoire de l’Ars Nova, de l’Ars Subtilior et des polyphonies françaises des 13ème et 14ème siècles "Elle a pu notamment lors de plusieurs résidences à l'Abbaye de Royaumont.

Elle a participé à la reconstitution de la Fabula di Orfeo de Poliziano. Ce projet a abouti sur des représentations scéniques et à un disque qui a reçu le Choc du Monde de la Musique. Elle a poursuivi ce travail musicologique et scénique au travers la reconstitution de drames liturgiques des 11e et 12e siècles. Christelle joue une vièle d’un modèle italien du 15ème siècle conçue et fabriquée par Judith Kraft (Paris) ainsi que le rebec et l’organetto.

Véronique Musson-Gonneaud, harpe & harpions

Musicienne engagée, chercheuse et pédagogue, elle a été l'une des pionnières de la redécouverte des harpes anciennes en France qu’elle a étudiées conjointement au CNSM de Lyon et à la Schola Civica de Milan. Soucieuse à la fois de diffuser la pratique de la harpe auprès d'un large public, et de défendre le questionnement artistique à tous les niveaux de pratique, elle a fondé l'association Pop'harpe autour d'un audacieux projet de harpes en carton.

Elle a enregistré pour le label Brilliant Classics un disque solo consacré à l’œuvre d’Antonio de Cabezón à la harpe double ("Pour un plaisir") salué par la critique, puis en 2022 un album entièrement consacré aux harpes en carton (3 popharpes et voix) qui explore les possibles de ces instruments du Moyen-Âge à la création contemporaine, « Varietas »

Engagée dans la recherche, elle a publié avec le Laboratoire d’Acoustique Musicale du CNRS une étude sur la redécouverte sonore des harpions, et participe régulièrement à des conférences et groupes de recherche interdisciplinaires. Professeure d’Enseignement Artistique, régulièrement appelée à donner des masterclass en France et à l’étranger.  Elle enseigne la harpe au Centre de Musique Médiévale de Paris, aux Conservatoires d’Ivry-sur-Seine (94) et de Palaiseau (91).

 
 
 
 

Inventio...
 

L’emploi des instruments dans la musique médiévale résiste encore aujourd’hui aux connaissances.

Le souci de “l’authenticité” n’a donc de sens que dans la relecture, l’intuition, l’interprétation et la re-création.

De ce paradoxe, on tire une source d’inspiration sans égale.

Par l’Inventio, on trouvait autrefois les arguments d’un discours rhétorique.

Par l'Inventio, on trouve aujourd'hui les arguments de la redécouverte d'une musique de plus de 600 ans.

 

Les harpes gothiques, âgées de plus de 500 ans, avaient une sonorité particulière que leur conférait les harpions qui frottaient sur les cordes, mais à propos desquels on est aujourd’hui réduit aux conjectures.

Ce programme vous invite à un voyage dans la musique médiévale, en déployant les rares sources de la musique instrumentale française du Moyen-Âge.

Œuvres du 13e au 15 e siècles : Machaut, Binchois, Solage, Codex Faenza, Manuscrit de Chypre, Manuscrit de Chantilly

 
Birzai recadrée format italien.jpg