« J’admets qu’une très grande technique dans une matière définie n’a pu s’acquérir que par une pratique intensive,

qui a difficilement permis d’acquérir quelque compétence dans d’autres matières, fussent-elles des matières apparentées.

Mais de même qu’un médecin doit avoir étudié le corps humain dans sa totalité,

de même un musicien doit avoir des connaissances qui ne se limitent pas à l’harmonie, au piano, ou à la flûte, ou à la direction d’orchestre (…)

S’il veut réellement mériter le nom de musicien, il doit non seulement faire montre d’une maîtrise indiscutée dans un domaine particulier,

mais encore avoir des connaissances générales dans tous les domaines de son art ».

Arnold SCHOENBERG, 1940

Deux projets pédagogiques en vidéo :

Faire découvrir la harpe aux élèves du parcours découverte…

Classe de harpe du conservatoire d'Ivry-sur-Seine, 2020

Contrepoint et écriture…

Adultes amateurs des Ateliers de Musique Ancienne du Conservatoire de Palaiseau, 2020

Mémoire de pédagogie
" Enseigner les harpes anciennes aujourd'hui ? La transversalité à l'épreuve des disciplines et des départements…"

Certificat d'Aptitude 2006, CNSMDL

  :

      Doit-on élaborer une discipline instrumentale supplémentaire ? 

        Doit-on l’intégrer dans un département de musique ancienne ? 

 

Ces questions intéressent toute l’organisation interne des établissements et,

du même coup, les enjeux fondamentaux de l’enseignement spécialisé de la musique.

En annexe de ce travail, on trouvera les comptes-rendus d’entretiens de directeurs et d’enseignants qui,

par leur engagement et leur réflexion sur ces sujets, ont modifié en profondeur leurs écoles.